La primauté de l’instant présent

Notre rapport au temps s’est profondément bouleversé. Nous voulons le dominer, en être maitre, «Le temps c’est de l’argent». Nous avons appris à célébrer l’instant présent aussi intensément que nous l’oublions.

Et cette domination du temps a pris le visage de l’instantanéité. De l’urgence. Notre société nous a vendu que nous pouvions tout avoir ici, maintenant. Une économie du présent.

Je clique, je reçois.
J’écris, on me répond.
Je veux, j’ai.

La gratification rapide et spontanée est au centre de nos vies. La crème miracle pour éloigner les rides, le programme d’entrainement de 30 jours pour retrouver une silhouette mince, la livraison en 24 heures.

J’ai l’impression de vivre dans une ère d’instantanéité où le projet de longue haleine n’existe plus. Où le concept d’engagement s’est étiolé. Comme si le futur était tellement incertain que nous avions perdu tout intérêt à s’y investir.

Nous sommes tellement habitués à tout avoir illico presto, qu’un projet s’étalant sur quelques années nous donne de sérieux vertiges.

Je souffre moi-même de ce syndrome. Cherchant une nouvelle carrière, je ne pouvais pas concevoir retourner à l’université pour des années d’étude. Quand j’ai voulu avoir un enfant, j’avais de la difficulté à accepter que dans mon cas ça n’arrivait pas de façon instantanée. Vivre dans une maison qui demande des travaux me confronte, dans ma personnalité qui voudrait tout vite vite vite.

Est-ce trop demandant que de s’engager? Avons-nous perdu en chemin les notions de persévérance, de sacrifice?

Sacrifice. À quand remonte votre dernier acte de sacrifice?

Nous sommes dans le moment présent, le YOLO. Mais n’avons-nous pas besoin de nous engager, que ce soit dans des relations ou des projets, pour grandir? N’est-ce pas la meilleure façon de se rencontrer sous toutes nos coutures?

Depuis que je suis maman, je réfléchis beaucoup à l’engagement comme le pilier d’une saine société.

S’engager à collectivement entamer des changements afin que nos enfants jouissent de ces mêmes ressources naturelles dont nous sommes bénis. S’engager à ce que nos choix et nos actions ne soient pas propulsés par l’assouvissement rapide de nos besoins de consommation.

S’engager à ce que notre vie reflète notre essence profonde.

Comment trouver l’harmonie entre jouir du moment présent, profiter de cette vie sur terre, tout en s’assurant d’un legs aux générations futures?

Partager l’article