Quand la nature nous rappelle

J’ai regardé le vent se lever, les arbres se déraciner, impuissante. Je ne comprenais pas. Une nature si violente, tranchante.

J’avais oublié.

Devant mes écrans, dans la sécurité de ma maison, dans le tourbillon du quotidien, j’avais oublié d’où je viens. D’elle, au tempérament changeant, parfois douce, parfois rude. D’elle et de son imprévisibilité. D’elle et de sa nature fougueuse.

J’avais oublié que cette terre mère, c’est nous. Et c’est tellement nous que parfois ça nous fait peur. De la voir dans la pleine expression de ses cycles, dans ses hauts et ses bas, dans sa fragilité. Ça nous rappelle qui nous sommes. Ça nous rappelle que nous ne sommes pas invincibles.

Depuis que j’ai entamé ma formation d’accompagnante à la naissance, je ne cesse de penser à la mort. À ce cycle débutant avec la naissance et menant inévitablement à notre mort. À la vue de ces grands érables en pleine santé se fracasser contre le sol, c’est devenu une évidence. Que cette vie que nous prenons tellement comme acquise ne tient à rien. Qu’un vent inattendu pourrait tout chambouler du jour au lendemain.

Et surprenamment, cette pensée me remplit d’espoir. Elle m’invite à arrêter de m’en faire et d’en profiter de cette vie. À tenter de toujours regarder mon verre à moitié plein.

Quand la lueur du soleil est réapparue dans le ciel, les voisins sont arrivés avec leurs scies mécaniques pour tenter de défrayer un passage. Des voisins à qui je n’avais jamais parlé, près de 1 an et demi après y être déménagée. Le lendemain, c’est mon père qui débarquait avec son arsenal pour poursuivre le débroussaillage. On se promenait d’une maison à l’autre « as-tu de l’huile à moteur??», on s’assurait que personne n’avait été blessé, on mesurait les dommages.

C’était beau. Tellement beau.

J’ai souri en me disant que dame nature avait bien réussi son plan. Elle voulait nous secouer de notre torpeur, de nos faux sentiments de sécurité et de notre individualité exacerbée. Elle est venue nous rappeler que ce grand voyage qu’est la vie ne devrait jamais se faire seul.

Partager l’article