En 2020, j’ai autopublié mon premier roman, La fuite, un livre d’autofiction nous faisant voyager entre l’Inde et Montréal. Ce roman est une grande secousse comme j’aime le dire. Une grande secousse, qui parfois fait rire, nous ramène dans nos jeunes années, mais qui aussi a le potentiel de réveiller ce qui est en dormance.

Je vous parle de ce processus d’écriture et de ce qui se cache derrière La fuite dans cet article de blog et dans cet épisode de podcast.

Bonne lecture!


LA FUITE

Gabrielle.

L’exubérante, la passionnée, la montagne russe d’émotions.

À l’aube de la trentaine, Gabrielle lâche sa vie parfaite et décide de s’en aller. Une pause de la vie. Une fuite, quelque part au sud de l’Inde pour s’étourdir un peu. Pour fuir le bordel qu’elle a laissé à Montréal. Pour combler le vide. Le maudit vide.

Depuis son adolescence typique de banlieue jusqu’à ses multiples rencontres au pays des couleurs, en passant par son jeune âge adulte perturbé, Gabrielle se dénude, laissant son égo de côté pour raconter son histoire. La vraie, pas celle que l’on voudrait entendre. Pour faire sortir ce monstre qui lui gruge les entrailles.

Un roman cru, sans censure. Un plongeon au cœur d’une génération vivant sous le poids d’une pression sociale exacerbée d’être parfaite.


CE QU’EN DISENT LES LECTEURS

Nathalie

« Ce livre est venu dans ma vie dans un moment de cheminement personnel et l’histoire m’a beaucoup parlé et m’aide actuellement. Merci! »

Émilie

« En toute honnêteté, ça fait un bon moment que je n’avais pas été allumée autant par un livre. Je pense que ça m’a vraiment touché car je me reconnais beaucoup dans le personnage de Gabrielle. »

Andréanne

« Trois jours d’obsession avec ce livre à être incapable de la lâcher. Ça a été un pur bonheur de lire tes mots. »

Cindy

« J’ai été charmée par l’utilisation si juste des mots pour décrire les pensées et sentiments de Gabrielle. J’ai pu mettre des mots sur des sentiments qui m’ont pris des années à déchiffrer. »